Meuf

Lancement de la collection de Carolina Pinton à la Comuna

On pourrait voir l’homme et la femme brésiliens comme deux stéréotypes des deux sexes: une femme toute en forme, souriante, féminine et sensuelle, distinguée  et un peu princesse; et un homme velu, un peu macho,charmeur et charmant, sportif et sauvage.  Or l’extrapolation n’est pas si erronée..   Il s’avère en revanche que la nouvelle génération (la notre, les Y) va certainement finir par enfin brouiller les repères et faciliter l’anéantissement d’un partage des rôles que le monde occidental tente d’enrayer depuis des décennies..
Les femmes à la maison : check. Les domestiques c’est fait pour quoi ?
Les femmes en politique: check. Dilma, ça vous dit quelque chose ?
Les femmes et l’emploi: check. Davantage scolarisées, elles touchent désormais des professions de plus en plus prestigieuses (près de la moitié des avocats sont aujourd’hui des femmes..)
Les femmes et la justice: check. Bon certes, toujours victimes de nombreuses violences, le Brésil a néanmoins offert aux femmes des tribunaux et commissariats qui leurs sont dédiés, et ce depuis 1985.
Les femmes et le sexe: check. L’an dernier une femme malade a obtenu le droit de se masturber au travail. Même les effets du bouillonnement hormonal  ne sont plus reconnus uniquement qu’aux hommes.

Bon évidemment je ne parlerais pas de la place des femmes dans les favelas, du manque d’établissements publics d’accueil ou du fait qu’en plus d’être une femme au brésil, le pire serait également d’être black… Cela fausserait tout mon raisonnement, basé pourtant sur pas mal de vide.

Bref, les temps changent malgré tout.
Pourtant, une chose ici ne changera jamais. On appellerait ça un comportement « typiquement masculin »en France, ici, il s’agit davantage d’un comportement carioca.

TO DO / TO KNOW

Petite to know list (ou plutôt « how to deal with ») sur ces attributs cariocas:
– Les cariocas ont un goût très affuté pour le « cool ».
Il m’aura fallu traverser 9000 km pour qu’on reconnaisse enfin mon sens inné du style et qu’on daigne enfin me prendre en photo pour la rubrique street style d’un magazine de mode. Mouahahah
– Les cariocas ont un sens de la vitesse.. différent.
Forcément, quand on se tape entre 1 à 2h de traffic quotidien pour aller bosser, on a un ordre de grandeur diffèrent concernant le temps qui passe.. Sachez juste que si un carioca vous dit qu’il vous rejoint dans 5 minutes, ou qu’il part tout de suite de chez lui, ..vous pouvez aller prendre un café, … en fait deux !
– Les cariocas n’aiment pas la chaleur.
Capables de supporter des degrés élevés, ils jouent pourtant un peu trop de l’air conditionné. Sachez donc que si vous prenez le bus avec un carioca, il vous faudra débourser 40 cts de plus et attendre un peu, afin de monter dans LE bus « qui a l’air conditionné ». Sachez également que si vous partagez le lit d’un carioca, ou que si vous allez à la fac à Rio, .. vous ne devrez JAMAIS oublier votre pull !
– Les cariocas ne connaissent pas la franchise.
les brésiliens, peuple du bonheur, blablabla.. Ouais, bah c’est surtout qu’ils se voilent la face. Il est ici politiquement incorrect d’avouer à un proche que cela vous saoule un peu d’aller faire ci ou ça, non, il vous faudra mentir ! Vous êtes occupé, vous avez un rdv, que sais-je, .. vous avez foot ! Par ailleurs, si vous vous étonnez que malgré toutes les invitations que vous recevez (« ouais viens bouffer la semaine prochaine ! », « grave, allons au ciné jeudi ».) vous n’avez pourtant toujours rien fait de ce qui était prévu (même après deux ans), c’est tout simplement que vous n’avez pas encore saisi le sens de la politesse carioca.

Je vous avais dit, .. chez nous, des trucs de « mâles », et pourtant..

L’EXPRESSION DU JOUR

« partir o pão ». Cette expression est absolument sans aucun intérêt, mais elle est un des nombreux faux amis qui existent entre la france et le brésil. Elle m’aura fallu un petit peu de concentration lors de mon cours matinal.
Si la traduction par l’expression, apparemment franco-française, « partir au pain » me semblait ici évidente, il n’en était rien ! « Pão » signifie bien « pain », « partir » veut bien dire « partir »… mais pas que ! « Partir » signifie également « couper, partager ». « Partir o pão » en portugais veut donc dire « couper le pain » ! La réponse attendue à la question « Como você parte o pão ? » n’était donc pas « a pé » (à pied) mais bien « com uma faca » (avec un couteau).

Vous êtes morts de rire non ?!

Publicités

About com1gringo

Petite française pâlotte, au pays des muito pulpeuses cocottes. Etudiante en communication, je délivre ici mes observations sur mes découvertes locales: langue, publicité, tendances, mode de vie, ...un peu de bouffe (on ne se refait pas). Un guide de survie pour les curieux de la 5 puissance mondiale..

2 responses to “Meuf”

  1. douat says :

    J’adore te lire, tu es douée, vraiment douée
    Tu me passionnes et me fait rêver ….

    Cà fait un bien fou quand il fait froid et que çà mouillasse des jours et des jours

    Mille bisous
    Claire

    Et bon anniversaire à Joao, je crois que c’est en janvier .

  2. Gaths says :

    J’ai beaucoup rigolé pour la reconnaissance de ton style vestimentaire et l’expression « partir o pao », je la note pour dans 2 ans!

    Bisou copine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :